Fire and Ice II : De Bello Civili

Débriefing


Date 25 mars 2008


Master Maxime
Membres Andras von Buyten, Edgar Deleste, Fenrir, Martial Baaltrap


Avant de recevoir sa convocation, Edgar veut s'acheter une montre à 100.000 euros histoire de regagner plus rapidement ses PAs. Il se rend donc place Vendôme et rentre dans une jolie boutique. Une fois son modèle choisi (mécanisme en platine et entièrement assemblé à la main), sa cleptomanie refait surface et il ne peut résister à l'envie de la voler. Il demande donc à aller aux toilettes, passe invisible, prend la montre, sort avec et la met dans une poubelle (!), puis re-rentre, retourne aux toilettes et ressort visible. A ce moment, le vendeur se rend compte que la montre a disparu et il appelle la police qui reconnait le commissaire du XVème, mais la procédure étant ce qu'elle est, elle l'embarque et pratique une fouille complète (TR compris). Bref, Edgar a eu sa montre gratos avec un TR en prime, alors qu'il pouvait simplement sortir et re-rentrer en invisible pour éviter tout désagrément …. ou alors peut-être qu'Edgar entretient des rapports privilégiés avec ses collègues … (réponse du concerné: non non. Mais je connais des disciples de Samigina qui vont finir par se prendre des TR invisibles dans le derrière, corps gazeux ou pas !)

Mr Fabien convoque le groupe au centre de tri et lui fait lire un article découpé dans le journal traitant d'une attaque de fourgon blindé de la Brinks. Il affirme qu'il s'agit d'un démon renégat et demande au groupe de lui faire comprendre que c'est vraiment pas bien !
ArticleBrinks.jpg
L'article relatant l'usage inhabituel de protoxyde d'azote pour faire geler les portes du fougon blindé (afin de les rendre plus fragiles), le groupe effectue quelques recherches et découvre que ce produit n'est fabriqué qu'à la NASA et qu'il est très instable, rendant son transport très difficile. Un démon renégat de Crocell collerait donc parfaitement au portrait de l'attaquant.

Le groupe rencontre le commissaire Riplay qui était chargé de l'enquête … était car le GIR (Groupe d'Intervention Régional) la lui a enlevée. Le groupe apprend quand même que non seulement la porte arrière, mais aussi les pneus étaient gelés, ce qui a causé la perte de contrôle du conducteur du véhicule.
De plus, Leduc, le convoyeur décédé, est mort à coup de fusil à pompe. Jusque là, rien d'anormal, mais Riplay nous dit qu'il a été stupéfait de constater que le coup a été tiré d'une dizaine de mètres et que tous les plombs ont atteint Leduc. De toute sa carrière, il n'a jamais vu une telle précision !

Le groupe se rend à l'enterrement du convoyeur décédé et rencontre son frère qui est très remonté contre la Brinks et surtout contre la banque qui détenait les fonds, SWA, qui avait déjà fait l'objet de plusieurs tentatives d'attaques sans que la direction ne porte plainte ou ne modifie sa sécurité. Il va même jusqu'à soupçonner un coup monté de la SWA.

Le groupe décide de se rendre à la SWA pour essayer d'y voir plus clair. Demandant à voir le directeur, sa secrétaire nous informe qu'il est impossible de le voir sans rendez-vous. Un coup de Séduction plus tard, nous avons un rendez-vous pour l'après-midi même et nous somme reçus par un chargé de clientèle: Mathieu Averse.
Ce dernier nous apprend que seules 4 personnes de la banque connaissaient la route: lui-même ainsi que les deux autres chargés de clientèle (Gérard Lepuis et Michel (Renaud) Douze), et bien sur le Directeur, Antoine Escaut.
Le groupe lui demande de parler un peu des 3 autres personnes, et Mathieu raconte que son Directeur est très ami avec les politiques et qu'il va surement s'y lancer tôt ou tard, que Gérard est un communiste/alter-mondialiste et fait l'apologie des verts sur son blog et que Michel est l'expert comptable.

En attendant l'heure de notre rendez-vous, le groupe se rend à la Brinks pour tenter d'y glaner quelques informations, mais aucune nouvelle information n'est dénichée.

Le groupe rencontre donc Antoine Escaut, directeur de la SWA. Plutôt embêté par nos questions, il force Edgar a dire qu'il est de la Police et du coup demande aux autres membres du groupe de sortir de la pièce. La peur d'une mauvaise publicité pour son établissement donne une idée au directeur: il embauche le groupe pour effectuer une enquête interne discrète afin de déterminer si quelqu'un de l'établissement est lié, de près ou de loin, à cette affaire.
L'appât du gain étant ce qu'il est pour un Valefor, Edgar accepte et négocie le tarif: 500 euros/entrevue (ce qui est complètement ridicule !!! Ben oui mais bon, moi j'ai pas baratin à chais pu combien). Edgar tente de cacher l'aspect financier du contrat, mais son Baratin ne marche pas sur Andras: l'estime pour Edgar est en chute libre au sein du groupe (ouais ouais, on le saura ^^).

Entrevues:

  • Michel R. Douze: Il reconnait qu'il devait être d'astreinte pour ce convoi, mais qu'il l'a échangé avec Gérard. Son avis sur les autres suspects: Mathieu est un p'tit con, Gérard a un bon fond et Antoine a les dents longues.
  • Gérard Lepuis: Il apparait très stressé devant le groupe et un peu de pression le fait craquer: il avoue avoir communiqué l'horaire à son vieux pote, Raymond Bourgoin, qui avait besoin d'argent. Il déclare aussi que le directeur blanchirait de l'argent pour le compte du député-maire.

Avant de pouvoir continuer les entretiens, Mr Fabien appelle le groupe et lui demande de rentrer immédiatement.
Le groupe rentre donc en voiture et Edgar s'amuse avec la sirène en route: Mr Fabien les accueille rouge de colère.
Et la discrétion Bordel !!!!!!!!!

Le debriefing commence dans la salle café du centre de tri en présence de Mr Fabien, Gilbert et Aurélie. En plein récit, le groupe est interrompu par un bruit de fenêtre brisée. Mr Fabien reproche au groupe d'avoir été suivi et lui demande de nettoyer tout ça.
Les intrus sont au nombre de trois: un skin, un ennemi à la peau argentée et le dernier avec les yeux qui brillent. Martial et Andras se précipitent à leur contact tandis que Fenrir et Edgar accueillent le skin qui leur fonce dessus. Dans la mêlée, l'ennemi aux yeux qui brillent lance une décharge …. directement dans le dos du skin (666 du MJ :P ).
Fenrir utilise son tout nouveau pouvoir de Grade 2 pour faire apparaitre une guitare et late le skin à grands coups de Fender pendant qu'Edgar se rend invisible et l'immobilise.
Andras se jette, crocs en avant, sur l'ennemi aux yeux brillants et le mord sauvagement tandis que Martial joue de la hache sur celui à la peau argentée.
Trois plops plus tard, le calme est revenu dans le centre de tri.
Mr Fabien envoie le groupe chez Raymond mais le GIR est déjà passé et l'a arrêté. Il est passé en comparution immédiate et a été envoyé à Fleury-Mérogis.

Mr Fabien demande donc au groupe de rentrer en prison à Fleury-Mérogis en tant que détenus. Le groupe attend donc la sortie d'un fourgon de la Brinks et l'arrose copieusement à l'arme à feu, puis attend patiemment la police pour se faire embarquer.

Les membres du groupe se retrouvent dans des cellules séparées, chacun avec deux co-détenus. Les présentations sont faites à coups de baffes. Martial est le plus efficace en récoltant une information: Eric Postier connaîtrait Raymond Bourgeois.
L'heure de la promenade ayant sonné, le groupe se rassemble et partage ses impressions,Edgar se fait des amis parmi les promeneurs.
[César] - Psit ! Tu veux du caramel ? C'est 20 sacs !
[Edgar] - Bin, on m'a tout pris à l'entrée.

Le groupe aborde Eric Postier afin d'avoir la description de Raymond, mais Eric se la joue caïd et refuse de coopérer. Le ton monte et Eric appelle ses potes qui nous entourent.
"C'est trop sympa les gars, on voulait justement se défouler !!"
La baston tourne court, Andras et Martial distribuent les pains tandis que Fenrir lance une onde de choc. Tout le monde est KO, sauf Eric qui tentait de s'enfuir, heureusement Edgar l'a immobilisé au sol.
L'interrogatoire se finit vite et Eric désigne Raymond et donne son numéro de cellule: le 44-B.

Les matons arrivent et calment tout le monde à coups de tazers avant de les mettre au mitard.
Fenrir profite de ce moment de tranquillité pour faire apparaître une cornemuse grace à son pouvoir de Grade 2 (on le saura qu'il est passé Grade 2 lui :oP ) et commence à jouer, pendant qu'Edgar s'entraine à ouvrir/refermer la porte de la cellule.
Andras passe en forme gazeuse à la tombée de la nuit et se met en quête de la cellule 44-B. Après s'être un peu perdu, il la trouve finalement juste avant de tomber à cours de PP.
Il se recharge en mordant les deux co-détenus de Raymond puis s'attaque à Raymond lui-même.
Celui-ci se réveille et essaie de se défendre, Andras le met KO, puis le soigne pour qu'il se réveille et accepte de discuter. Après plusieurs enchainements KO-réveil, Andras arrive à apprendre que Raymond fait partie d'un mouvement dénommé Flocons de sang. Il y a été initié par son maître, Isaac Iceberg dont il nous donne la planque dans le XVI ème à Paris. C'est son maître qui lui a donné son maigre pouvoir de froid.
Andras le tue pour lui faire comprendre que s'attaquer à des fourgons blindés avec du froid, c'est vraiment pas bien et rentre dans sa cellule.

Mr Fabien sort le groupe de prison, puis place au debriefing au centre de tri.

Mr Fabien confirme que Flocons de sang est un groupe de démons de Crocell qui donnent des pouvoirs aux humains, ce qui est interdit dans le Grand Jeu. Il pense que c'est dû aux tensions à la Cour Démoniaque, notamment entre Crocell et Bélial, et parle de course à l'armement.
Gilbert se rend chez Isaac et trouve l'appartement vide. Le dernier numéro appelé est celui d'Air France.
L'appartement de Raymond a totalement brulé dans un mystérieux incendie, tandis que Gérard Lepuis est décédé dans un mystérieux accident de voiture.

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License